La chasse est ouverte: les navires de Sea Shepherd ont pris le large pour intercepter la flotte baleinière japonaise dans l’océan Austral.

POUR DIFFUSION IMMÉDIATE

Melbourne, 6 décembre 2016

Après la fin des préparatifs en Australie, deux navires de Sea Shepherd ont mis le cap sur l’océan Austral pour intercepter la flotte baleinière japonaise et tenter d’empêcher le massacre des petits rorquals.

Le vaisseau amiral de l’organisation de protection de la vie marine, le Steve Irwin, a quitté Seaworks à Williamston, Melbourne, samedi, suivi par l’Ocean Warrior, son nouveau navire de patrouille rapide, qui est parti dimanche de Hobart en Tanzanie.

Ils sont maintenant en route pour le vaste océan Austral avec l’ambition d’empêcher la flotte baleinière japonaise, partie du Japon le 18 novembre, de tuer son quota auto-attribué de 333 petits rorquals.

« Nous pouvons enfin laisser la frénésie des préparatifs derrière nous et nous concentrer sur l’océan Austral » a déclaré le capitaine Adam Meyerson sur le pont de l’Ocean Warrior. Assez rapide pour distancer n’importe quel baleinier et équipé d’un puissant canon à eau, l’Ocean Warrior est considéré par Sea Shepherd comme un outil décisif en cette 11ème campagne de défense des baleines, baptisée Opération Nemesis.

La flotte baleinière japonaise, qui est illégale, retourne pour la deuxième fois sur les lieux de ses crimes depuis la décision de la Cour Internationale de Justice en 2014. « Sea Shepherd ne devrait pas avoir à poursuivre de nouveau les baleiniers cet été », a expliqué le sénateur australien Peter Whish-Wilson lors d’une conférence de presse dans le port de Hobart samedi matin. «L’Australie a gagné face au Japon devant la Cour de Justice Internationale mais malheureusement le gouvernement place les relations commerciales au-dessus des baleines et a abandonné toute pression diplomatique. La flotte baleinière est peut-être capable d’échapper aux tribunaux internationaux, mais pas à Sea Shepherd ».

«Il est temps que le Japon respecte la Cour Internationale de Justice, la Cour Fédérale australienne et le moratoire mondial sur la chasse commerciale à la baleine, et mette un terme à leur soi-disante chasse scientifique létale à la baleine au large de l’Antarctique », a affirmé Jeff Hansen, directeur général de Sea Shepherd Australie.

Les Japonais chassent habituellement de décembre à mars, donc les navires de Sea Shepherd ont été préparés pour affronter quatre mois de mer difficiles et protéger les baleines de l’océan Austral.

«L’équipage a travaillé très dur pour que le bateau soit prêt et tout le monde a hâte de partir », a confié la capitaine du Steve Irwin Wyanda Lublink. Les deux navires Sea Shepherd transportent au total 50 membres d’équipage de huit pays différents : Australie, Allemagne, France, Royaume Uni, Autriche, Espagne et Etats Unis. « Ils sont très excités à l’idée de descendre vers l’Antarctique et de vivre au plus près la beauté de cette partie du monde. Un endroit où des baleiniers illégaux de l’autre bout du monde n’ont rien à faire. »

A propos de l’Opération Nemesis

L’Opération Nemesis est la 11ème campagne de défense des baleines en Antarctique organisée par Sea Shepherd. Au cours des 10 campagnes précédentes, plus de 6000 baleines ont été sauvées des harpons explosifs des baleiniers japonais illégaux. Le prétendu programme de « recherche scientifique » du Japon, utilisé pour justifier le massacre des baleines, a été rejeté par la Cour internationale de Justice et le comité scientifique de la Commission Baleinière Internationale. En 2015, l’Australie a condamné les baleiniers japonais à une amende de 1 million de $AU pour chasse dans les eaux territoriales australiennes ; amende restée impayée.

###

Sea Shepherd Global
www.seashepherdglobal.org

Pour plus d’information et des demandes d’interviews, contactez :
Heather Stimmler, Sea Shepherd Global Media Director
E-mail: heather@seashepherdglobal.org
Tel: +339 7719 7742 (PARIS)

Pour les relations presse en Australie et Nouvelle Zélande, contactez :
Adam Burling, Media Coordinator Sea Shepherd Australia
E-mail: adam@seashepherdglobal.org
Tel : +61 409 472 922 (AUSTRALIE)

Légendes et crédits photos :

161203-GL-GNL0486: Wyanda Lubink, capitaine du Steve Irwin, avant le départ de Seaworks, Williamstown à Melbourne, le 3 décembre (copyright Sea Shepherd Global/Glenn Lockitch)

161203-OPN-NH-SteveDeparture-6666: Le Steve Irwin quittant Seaworks, Williamstown à Melbourne, le 3 décembre (copyright Sea Shepherd Global/Nelli Huié)

161202-SA-OW-0963: Supporters de Sea Shepherd à Hobart en Tasmanie (copyright Sea Shepherd Global/Simon Ager)

161203-SA-OW-1008: Le sénateur australien Peter Whish-Wilson lors d’une conférence de presse de Sea Shepherd à Hobart en Tasmanie le 3 décembre (copyright Sea Shepherd Global/Simon Ager)

161204-SA-OW-1388: le capitaine de l’Ocean Warrior, Adam Meyerson, donnant le signal de départ le 4 décembre (copyright Sea Shepherd Global/Simon Ager)

161204-SA-OW-0095: L’Ocean Warrior en route vers l’Antarctique depuis Hobart en Tasmanie, le 4 décembre (copyright Sea Shepherd Global/Simon Ager)

Sea Shepherd Global

Fondée en 1977, Sea Shepherd est une organisation internationale à but non lucratif de protection de la vie marine. Notre mission est de mettre fin à la destruction des habitats naturels et au massacre des espèces marines qui peuplent les océans du monde entier, afin de protéger et préserver les espèces et les écosystèmes.

Sea Shepherd emploie des tactiques d’action directe pour enquêter, documenter et agir, lorsque la situation l’exige, dans le but d’exposer et de s’opposer aux activités illégales observées en haute mer. En sauvegardant la biodiversité et l’équilibre fragile des écosystèmes marins, Sea Shepherd a pour objectif d’en assurer la survie pour les générations futures.

Tags:

S’abonner

Multimédia

Multimédia

Documents et liens