Une vaste opération espagnole d’enlèvement d’ailerons de requin découverte à São Tomé et Príncipe

Les autorités de São Tomé intentent une action judiciaire au sein de l’UE

19 octobre 2017 

Le 5 septembre, le palangrier espagnol Baz a été arraisonné dans les eaux appartenant à l'état insulaire de São Tomé et Príncipe par les autorités de São Tomé, aidées par des spécialistes de la conservation marine de Sea Shepherd et des agents de police gabonais pendant une opération commune appelée Opération Albacore. 

Malgré l'autorisation du palangrier pour pêcher des « thons et espèces similaires », l'inspection du bateau a permis de découvrir qu'il avait presque exclusivement pêché des requins, notamment des requins bleus classés comme « quasi-menacés » par l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), mais également des requins-taupes classés comme "vulnérables", à une catégorie seulement de la catégorie "en danger". La plupart des ailerons de requin avaient déjà été détachés de leurs corps, une violation présumée de l'interdiction européenne d'enlèvement des ailerons de requins (1185/2003) et de son amendement (605/2013), qui exige que tout requin capturé soit débarqué avec ses ailerons naturellement fixés à la carcasse. 

Il y avait presque deux fois autant de requins que de thon à bord du Baz, le navire transportant 62.730 kilogrammes de requins bleus et 6.242 kilogrammes de requin-taupes, comparés à 36.943 kilogrammes de thon de Bigeye et à 5.387 kilogrammes de thon Albacore. 

Les avançons, qui sont les segments en monofilament qui soutiennent les hameçons, ont été renforcés à l'aide de fils d'acier, augmentant de ce fait les soupçons de ciblage spécifique des requins par l'équipe du Baz en lieu et place du thon. Les avançons en acier sont employés afin que les requins ne mordent pas la ligne de pêche et s'échappent. 

Des poissons à bord ont également été trouvés éviscérés et transformés, ce qui représente une violation des réglementations de São Tomé en matière de pêche lorsque aucune approbation n’a été demandée, ce que le Baz n'a pas fait. 

Un an plus tôt seulement, en août 2016, les autorités de São Tomé, opérant encore à bord du Bob Barker de Sea Shepherd, avaient arrêté un palangrier espagnol, le Alemar Primero. À bord du Alemar Primero, 87 tonnes de requins et d'ailerons de requin avaient été découverts. Après un arrêt de trois semaines, le navire avait été libéré suite au paiement d'une amende pour différentes infractions sans rapport aucun avec l'enlèvement des ailerons de requin parce que, et bien que couvert par l'interdiction de l'Union européenne relative à l'enlèvement des ailerons de requins, celui-ci n'est pas encore expressément interdit dans la législation nationale de São Tomé. 

« Le département de pêche de São Tome a déposé une plainte auprès de la Direction générale Affaires maritimes et pêche de l'UE (DG Mare) pour faire suite aux accusations liées à l'interdiction européenne d'enlèvement des ailerons de requins, mais curieusement les inculpations n'ont pas été poursuivies en Espagne, l’État du pavillon du navire, sous prétexte de la règle de double incrimination. En effet, d’après l’Espagne, des pénalités avaient été déjà réglées à São Tomé même si ces pénalités n’étaient pas liées à l'enlèvement des ailerons de requin », a déclaré le directeur de campagne de Sea Shepherd, Peter Hammarstedt. 

Le 10 octobre 2017, le département de pêche de São Tomé a émis une notification de violation des règles de pêche à destination du propriétaire espagnol du bateau ainsi qu'une requête à la Commission européenne afin qu'elle enquête sur la violation de l'interdiction par l'Union européenne de l'enlèvement des ailerons de requins. 

Sea Shepherd est convaincu que l'inspection et l'arraisonnement du Baz est l’occasion pour l’État pavillon espagnol de finalement prendre le dessus sur les activités criminelles de sa flotte de palangriers. 

« L’Europe se soustrayant à ses responsabilités en n’inculpant pas l’Alemar Primero de violation de l'interdiction par l'UE de l'enlèvement des ailerons de requin explique pourquoi la flotte de palangriers espagnole continue d'enlever les ailerons de requins en toute confiance dans les eaux de São Tomé, ceci en violation des règlementations européennes de conservation, » a indiqué Peter Hammarstedt. « La DG Mare de l'UE doit faire un exemple du Baz. Si l’Etat du pavillon espagnol ne pénalise pas le Baz, alors il n'y aura aucune justice pour São Tomé et Príncipe et l'interdiction de l'UE relative au prélèvement des ailerons sera inutile. » 

Au sujet de l'opération Albacore 

En 2016, Sea Shepherd s'est associé au gouvernement gabonais pour la première campagne Opération Albacore, aboutissant à plus de 40 inspections de bateau de pêche en mer et à l'arrestation consécutive de trois chalutiers de pêche congolais INN et d'un palangrier espagnol. L'Opération Albacore a recommencé en 2017 avec l'arrivée du Bob Barker le 5 juillet au Gabon. 

En septembre, São Tomé et Príncipe a continué de collaborer avec l'Opération Albacore, en envoyant deux observateurs de la marine et un observateur du ministère des pêches de São Tomé pour rejoindre l'équipage du Sea Shepherd, des officiers de la Marine Nationale Gabonaise et des agents d'exécution des réglementations en matière de pêche (ANPA) à bord du  Bob Barker, afin de détecter et de dissuader la pêche INN dans le Golfe de Guinée. 

La campagne vise à accroître les mesures existantes de surveillance, de contrôle et de suivi ; pour détecter et contrecarrer toute activité de pêche INN tout en contrôlant également le respect des lois par les opérateurs du secteur de la pêche qui sont titulaires d'une licence. Tout au long de la saison 2017 de la pêche du thon, la Marine Nationale et l'ANPA ont été postés à bord du Bob Barker, travaillant aux côtés de l'équipage de Sea Shepherd pour patrouiller dans les eaux territoriales du Gabon.

L'interdiction de l'Union européenne d'enlèvement des ailerons a été passée comme mesure de conservation permettant de garantir que les corps des requins ne soient pas jetés en mer pour faire de la place aux ailerons de requin les plus profitables ; avec pour résultat un nombre de requins tués bien plus important que cela n'aurait été le cas autrement. Les requins sont tués dans des proportions de plus en plus importantes afin de satisfaire la demande asiatique en ailerons, lesquels servent à préparer la soupe d'aileron de requin.  Un tiers des espèces de requins font l’objet d’une surpêche, au point qu'elles risquent l'extinction. 

###

images haute-résolution : https://minerva.seashepherdglobal.org/share.cgi?ssid=0NMgnPe  

Légende des photos (crédit de toutes les photos Tara Lambourne/Sea Shepherd):  

img_3763 : Le capitaine espagnol du Baz avec des ailerons de requin après sa prise de poissons.

img_3795 : Sacs d'ailerons de requin consignés comme preuve de violation des réglementations européennes relatives à l'enlèvement des ailerons de requins.

img_3646 : Les mâchoires de requin s’alignent sur le pont du Baz alors que le Bob Barker arrête le navire pour inspection.

img_3540 : Le Baz battant pavillon espagnol dans les eaux de São Tomé et Príncipe .

img_3666 :  Le Baz a été arraisonné par la garde côtière de São Tomé et Príncipe.

img_3954 :  Le Baz arraisonné par le garde côtier et des inspecteurs de pêche de São Tomé et Príncipe, aidés des autorités gabonaises et de l'équipe de Sea Shepherd.
 

Pour plus d'informations sur l'opération Albacore : https://www.seashepherdglobal.org/our-campaigns/operation-albacore/  

Pour des questions à destination de la presse, des images, ou des demandes d'interview :
Heather Stimmler, Global Media Director
Téléphone +339 7719 7742
Email : heather@seashepherdglobal.org

Sea Shepherd Global

Fondée en 1977, Sea Shepherd est une organisation internationale à but non lucratif de protection de la vie marine. Notre mission est de mettre fin à la destruction des habitats naturels et au massacre des espèces marines qui peuplent les océans du monde entier, afin de protéger et préserver les espèces et les écosystèmes.

Sea Shepherd emploie des tactiques d’action directe pour enquêter, documenter et agir, lorsque la situation l’exige, dans le but d’exposer et de s’opposer aux activités illégales observées en haute mer. En sauvegardant la biodiversité et l’équilibre fragile des écosystèmes marins, Sea Shepherd a pour objectif d’en assurer la survie pour les générations futures.

Tags:

S’abonner

Multimédia

Multimédia

Documents et liens