Le déplacement interne pourrait coûter des milliards de dollars chaque année, selon un nouveau rapport

Genève, 15 février 2019 – L’impact financier du déplacement de populations au sein de leur propre pays vient d’être évalué pour la première fois par l’Observatoire des situations de déplacement interne (IDMC). L’organisation située à Genève estime dans son nouveau rapport le coût annuel moyen des conséquences du déplacement interne sur la santé, le logement, l’éducation, la sécurité et les revenus. Les chercheurs ont mesuré ces coûts dans huit pays récemment affectés par des déplacements internes massifs liés aux conflits, aux catastrophes ou à ces deux phénomènes.

Les résultats montrent que le coût annuel moyen pour chaque personne déplacée interne varie de $174 en Somalie à $451 en République centrafricaine. En multipliant le coût moyen par personne ($310) par le nombre total de personnes déplacées internes à travers le monde (40 millions en décembre 2017), l’impact financier mondial du déplacement interne peut être estimé à près de $13 milliards par an.

Alexandra Bilak, directrice d’IDMC, déclare : “Nous connaissons depuis longtemps l’impact dévastateur que le déplacement interne peut avoir sur la sécurité et le bien-être des personnes affectées par le conflit, la violence, les catastrophes et les projets de développement. Mais le déplacement interne place aussi un lourd fardeau sur l’économie, en limitant la capacité des personnes à travailler et en générant des besoins spécifiques qui doivent être financés par les personnes affectées, leurs communautés d’accueil, les gouvernements ou les organisations humanitaires.”

Bien que le conflit et la violence soient des déclencheurs habituels de déplacement en Somalie, c’est la sècheresse qui a eu l’impact le plus significatif sur la période étudiée, forçant des centaines de milliers de personnes à fuir en quête de nourriture, d’eau et de travail. En République centrafricaine, des décennies d’instabilité ont eu pour résultat une crise de déplacement dont le coût annuel est estimé, en moyenne, à l’équivalent de 11 pour cent du PIB.

Dans tous les pays étudiés, République centrafricaine, Haïti, Lybie, Philippines, Somalie, Soudan du Sud, Ukraine et Yémen, les coûts les plus élevés sont associés à la perte de revenus, aux aides au logement et à la santé. Les résultats indiquent également que les impacts semblent plus élevés dans les pays à faibles revenus que dans les pays à revenus intermédiaires.

Le rapport se base sur des données publiques pour estimer les coûts et les pertes financières associées avec les conséquences les plus directes du déplacement interne sur la santé, le logement, l’éducation, la sécurité et les revenus. Ces estimations ne prennent pas en compte les conséquences à plus long terme du déplacement interne, telles que les futures pertes de revenus liées à l’incapacité d’un enfant déplacé à poursuivre son éducation. Les huit pays étudiés ont été choisis pour leur répartition géographique et leur diversité économique, ainsi que pour l’existence de données nationales sur le déplacement interne.

"Cette nouvelle recherche montre clairement le risque que le déplacement interne représente, non seulement pour les droits humains et la sécurité, mais aussi pour le développement des pays," ajoute Alexandra Bilak.

"Davantage de données et d’analyses sont nécessaires pour identifier plus précisément où les pertes financières sont les plus grandes et aider les gouvernements et les organisations humanitaires à limiter les futurs déplacements et à répondre plus efficacement aux crises actuelles."

Cette recherche a été financée par le Bureau de l'aide d'urgence en cas de catastrophe des Etats-Unis (USAID-OFDA) et le Département fédéral des affaires étrangères suisse.

FIN.

Notes :

A propos de l’Observatoire des situations de déplacement interne (IDMC) :

L’Observatoire des situations de déplacement interne (IDMC) est la source de données et d’analyse sur les déplacements internes faisant autorité au niveau mondial. Depuis notre création en 1998 au sein du Norwegian Refugee Council (NRC), nous offrons des services rigoureux, indépendants et fiables à la communauté internationale. Notre travail éclaire des décisions politiques et opérationnelles permettant d’améliorer les vies de millions de personnes vivant en situation de déplacement interne ou risquant d’y être confronté à l’avenir.

Le programme de recherche d’IDMC sur les impacts économiques du déplacement interne vise à mesurer les effets du déplacement interne sur le potentiel économique des personnes déplacées, de leurs communautés d’accueil et de leurs sociétés.

Téléchargez le dernier rapport en anglais : Unveiling the cost of internal displacement.

Pour toute question ou interview, merci de contacter :

Frankie Parrish, Directrice des communications  
Email : frankie.parrish@idmc.ch  
Téléphone fixe : + 41 22 552 36 45 
Téléphone portable : +41 78 630 16 78

S’abonner